Menu

Ecole de Jeunesse

Le code 2016 est-il plus difficile ?

La réforme du code en mai 2016 a été au départ plutôt controversée puisque dès les nouvelles séries parues à l’examen, le taux de réussite avait totalement chuté, 60% d’échec alors que d’habitude les candidats réussissent à 80% cette épreuve. Quelle est la raison de ces résultats ? Explications.

Des nouvelles questions pour le code de la route.

Le contenu des séries de code a évolué avec la réforme, les questions sont posées différemment et certains thèmes ont été ajoutés. Le but de la réforme est de permettre aux futurs conducteur de comprendre comment appliquer le code de la route plutôt que de l’apprendre seulement par cœur. Par exemple, ce n’est pas parce qu’une route est limitée à 50km/h, qu’il faut se cantonner à cette vitesse, un automobiliste peut aussi bien rouler à 40km/h ou 45km/h.
De nombreuses questions sont posées sous format vidéo ou vue aérienne, cela permet aux candidats d’analyser une mise en situation.

Grâce ou à cause de cette réforme, l’ensemble des logiciels d’apprentissage du code de la route prennent un énorme tournant en se mettant également à jour dans leurs questions. La réforme a chamboulé de multiples services d’apprentissage en ligne. En effet, alors qu’un site d’entraînement gratuit au code de la route ne proposait que des séries de code à 40 questions à base de diapositives, il faut maintenant répondre à la nouvelle législation du code et refondre l’ensemble des questions incluant les vidéos pour que ces plateformes restent dans la courses.

Dans les nouveaux thèmes abordés, la question de l’éco-mobilité, la sécurité routière (premiers secours) et également les nouvelles technologies sont abordées. Les questions de législation, comme le taux d’alcoolémie autorisé au volant pour les conducteurs en période probatoire, sont également à jour dans ces nouvelles séries de code.
L’évolution des questions et thème de l’épreuve en 2016 affecte les candidats qui passent le code, en effet les résultats chutent, mais pourquoi ?

Une réforme peu anticipée

Les élèves qui ont échoués n’étaient pas préparé pour la plupart aux changements qu’on engendrés la réforme sur l’examen théorique général du permis de conduire. En effet, de nombreux candidats avaient suivi un entraînement, que ce soit en ligne ou avec une auto-école ou encore à l’aide de manuels, qui n’était pas en accord avec les changements qu’apportait la réforme. Les premiers à avoir passé l’examen, ont donc eu du mal à réussir l’épreuve, en effet il est des choses qu’on ne peut pas savoir sans les apprendre, comme les spécificités de nouvelles technologies comme l’e-call, les priorités quand on arrive sur un accident…
Les médias ont beaucoup parler du taux d’échec, ce qui a entaché l’image de cette réforme. En réalité les résultats se sont améliorés au fur et à mesure, le temps que les élèves se présentant à l’ETG soit prêts à la nouvelle version du code. On ne peut donc pas affirmer sur ce taux de réussite si bas au départ que le code 2016 est plus dur qu’avant.

Il faudra attendre un peu de recul, mais les questions ont été faites pour éviter les pièges et faire en sorte que le candidat et futur conducteur comprenne réellement comment appliquer le code de la route en 2016.

Le code de la route

Pourquoi et quand passer le code ?

Le code de la route est nécessaire pour pouvoir passer un permis de conduire, quelle que soit sa catégorie. Pour l’obtenir il faut passer un examen : ETG (Examen Théorique Général du permis). On peut passer le code à partir de 15 ans, l’âge où la 1ère formation au permis est disponible. Il est ensuite possible de le passer n’importe quand. Le permis de conduire qu’il soit dédié à un véhicule motorisé à quatre roues ou à deux roues est une étape essentielle dans la vie. Cela permet d’acquérir en indépendance et peut être même requis pour la vie professionnelle.

Les différentes formations pour passer le code de la route

Il existe trois « méthodes » pour apprendre le code. Le candidat peut le réviser via trois différentes entités, du moins il est conseillé (très fortement) de passer par un organisme pour connaître et comprendre le code et avoir des chances de réussir l’examen.
Les auto-écoles : institutions classiques de formations à la théorie et à la pratique de la conduite, ces établissements proposent des cours en salle pour réviser le code. Cette formation est payante et peut se réaliser dans l’enceinte des boutiques, dans des salles dédiées où sont projetés des dvd de séries de code.
Les auto-écoles en ligne ou 2.0 : ces auto-écoles proposent une formation au même titre que les établissements traditionnels, c’est-à-dire en salle mais aussi un accès à une formation en ligne. Les candidats peuvent ainsi s’entraîner si bien chez eux, que dans leur auto-école où ils peuvent également profiter de cours spécialisés sur le code.
Les formations en ligne : Des sites spécialisés dans la formation au code de la route permettent à des candidats de s’abonner à un forfait qui leur permet de s’entraîner au code de façon illimitée sur une période donnée. Très pratique et bon marché ces formations sont généralement disponibles sur tous supports ; ordinateur, tablettes, mobiles et applications.
Choisissez la formation qui vous correspond le mieux, mais assurez-vous avant tout qu’elle permet d’avoir accès à des séries en accord avec le nouveau code 2016.

Le nouveau code est-il plus difficile ?

Si on en croit les médias quelques jours après les premières sessions d’examen du code, oui, puisque le taux d’échec était passé à 60% contre plutôt 80% de réussite d’habitude il en a été déduit que l’examen théorique général était plus dur après la réforme. En réalité, les échecs étaient dus à une mauvaise préparation des candidats qui n’avaient pas été formés aux nouvelles questions et aux nouveaux thèmes. Le taux de réussite est désormais meilleur puisque les élèves des formations sont entraînés avec la version à jour du code. Le but de la réforme était de préparer les candidats aux situations concrètes de conduite, pour cela il ne faut pas apprendre le code par cœur, il faut également le comprendre et savoir comment l’appliquer. Pour cela de nouveaux thèmes ont été imbriqués, comme l’écomobilité, les nouvelles technologies, les gestes de 1er secours…. La banque de plus de 600 questions a été renouvelée par 1000 questions, posées différemment pour éviter les pièges mais aussi ajouter des formats vidéos et vues aériennes qui permettent de créer des mises en situation. Le code n’est pas plus difficile, il est différent et plus moderne.

Le nouvelle façon de s’inscrire pénalise-t-elle les candidats ?

Depuis la réforme du code de la route la route les candidats s’inscrivent eux-mêmes pour passer l’examen. La surveillance de l’ETG a d’ailleurs changé, ce ne sont plus les inspecteurs qui surveillent l’épreuve, des entreprises privées agréées comme La Poste ou SGS sont en charge d’organiser des sessions d’examen. Ainsi, les candidats peuvent s’inscrire à la date qu’ils souhaitent directement en ligne sur les sites dédiés de ces entreprises. Cette inscription coûte 30€, ce prix ne change en aucun cas, ni en fonction de l’entreprise choisie ni en fonction du candidat. Il fallait en général passer par une auto-école pour s’inscrire au code jusqu’alors, qui moyennait le prix de la formation en fonction de leur propre politique de prix. Passer le code en France pouvait donc varier entre 100 et 400€ (formation incluse). Maintenant les élèves ont plus facilement accès au passage en candidat libre et peuvent choisir de s’entraîner en ligne, formation beaucoup plus accessible (à partir de 7,99€ par mois). Ce type d’inscription en pénalise donc pas les candidats, et leur donne une égalité sur le prix d’inscription, quelle que soit leur région en France.
L’objectif de cette partie de la réforme est de permettre aux inspecteur de se libérer du temps pour faire passer plus d’épreuve de conduite du permis de conduire. Cela permet de faire diminuer les délais d’attente pour passer le permis, qui sont aujourd’hui trop important. Au lieu de pénaliser les candidats, cette partie de la réforme vise au contraire à rendre le code de la route et le passage du permis de conduire plus simples.

Durée de validité du code

Une fois le code de la route il reste valide à vie une fois un permis obtenu, tant que le conducteur n’est pas soumis à une invalidation ou une suspension de permis de conduire. Cependant lorsque le futur conducteur ne réussit pas l’épreuve de conduire au bout de 5 essais ou au bout de 5ans, il devra repasser le code de la route. Il faut donc que les candidats passent un permis sous les cinq ans après avoir obtenu le code de la route pour ne pas avoir à le repasser. Une autre situation peut mener à faire l’ETG une nouvelle fois, en effet, si un conducteur détient une catégorie de permis, la B par exemple (véhicule motorisé de quatre roues dont le PATC est inférieur ou égal 3,5 tonnes), souhaite passer le permis 1 (véhicules motorisé à deux roues), il devra passer l’épreuve théorique générale du permis s’il a obtenu le code depuis plus de cinq ans. On peut donc passer plusieurs permis de conduire sans avoir à repasser le code si les épreuves de conduites sont réalisées dans un délais de 5ans après avoir réussi le code de la route.