Menu

Ecole de Jeunesse

Le code 2016 est-il plus difficile ?

La réforme du code en mai 2016 a été au départ plutôt controversée puisque dès les nouvelles séries parues à l’examen, le taux de réussite avait totalement chuté, 60% d’échec alors que d’habitude les candidats réussissent à 80% cette épreuve. Quelle est la raison de ces résultats ? Explications.

Des nouvelles questions pour le code de la route.

Le contenu des séries de code a évolué avec la réforme, les questions sont posées différemment et certains thèmes ont été ajoutés. Le but de la réforme est de permettre aux futurs conducteur de comprendre comment appliquer le code de la route plutôt que de l’apprendre seulement par cœur. Par exemple, ce n’est pas parce qu’une route est limitée à 50km/h, qu’il faut se cantonner à cette vitesse, un automobiliste peut aussi bien rouler à 40km/h ou 45km/h.
De nombreuses questions sont posées sous format vidéo ou vue aérienne, cela permet aux candidats d’analyser une mise en situation.

Grâce ou à cause de cette réforme, l’ensemble des logiciels d’apprentissage du code de la route prennent un énorme tournant en se mettant également à jour dans leurs questions. La réforme a chamboulé de multiples services d’apprentissage en ligne. En effet, alors qu’un site d’entraînement gratuit au code de la route ne proposait que des séries de code à 40 questions à base de diapositives, il faut maintenant répondre à la nouvelle législation du code et refondre l’ensemble des questions incluant les vidéos pour que ces plateformes restent dans la courses.

Dans les nouveaux thèmes abordés, la question de l’éco-mobilité, la sécurité routière (premiers secours) et également les nouvelles technologies sont abordées. Les questions de législation, comme le taux d’alcoolémie autorisé au volant pour les conducteurs en période probatoire, sont également à jour dans ces nouvelles séries de code.
L’évolution des questions et thème de l’épreuve en 2016 affecte les candidats qui passent le code, en effet les résultats chutent, mais pourquoi ?

Une réforme peu anticipée

Les élèves qui ont échoués n’étaient pas préparé pour la plupart aux changements qu’on engendrés la réforme sur l’examen théorique général du permis de conduire. En effet, de nombreux candidats avaient suivi un entraînement, que ce soit en ligne ou avec une auto-école ou encore à l’aide de manuels, qui n’était pas en accord avec les changements qu’apportait la réforme. Les premiers à avoir passé l’examen, ont donc eu du mal à réussir l’épreuve, en effet il est des choses qu’on ne peut pas savoir sans les apprendre, comme les spécificités de nouvelles technologies comme l’e-call, les priorités quand on arrive sur un accident…
Les médias ont beaucoup parler du taux d’échec, ce qui a entaché l’image de cette réforme. En réalité les résultats se sont améliorés au fur et à mesure, le temps que les élèves se présentant à l’ETG soit prêts à la nouvelle version du code. On ne peut donc pas affirmer sur ce taux de réussite si bas au départ que le code 2016 est plus dur qu’avant.

Il faudra attendre un peu de recul, mais les questions ont été faites pour éviter les pièges et faire en sorte que le candidat et futur conducteur comprenne réellement comment appliquer le code de la route en 2016.

Laisser un commentaire